VICTOIRE CATHALAN

Le 1 octobre 2015

« Habitat, matières… Je parle de la «peau de l’arbre », de l’homme éphémère et de la nature pérenne. Cette relation passe beaucoup par l’eau et la forme organique. Jeu de textures, reflets dans l’eau ou dans les fenêtres, dessins de branches devenues organes, mes natures humaine et végétale invitent au ludisme et à la contemplation… »